GRAFFIN
SOMMAIRE:
 
 
 
 
 
 
 
 

   Ancien élève de l'ECOLE DES MINES DE PARIS (promotion 1849), INGENIEUR CIVIL des MINES.

   Né à PARIS en 1829, il était de la promotion de 1849, et dés sa sortie de l'ÉCOLE DES MINES DE PARIS, il arrive à LA GRAND'COMBE, le 15 Juillet 1852, et entre en Août 1852 aux Mines de la Grand'Combe, où il fit toute sa carrière pendant 46 années consécutive: en 1856, il est nommé INGENIEUR PRINCIPAL, en 1863, il prends le titre et les fonctions de DIRECTEUR DE L'EXPLOITATION, sous la Direction Générale de Monsieur François BEAU, puis, en 1867, à la suite de l'Exposition Universelle, la Croix de Chevalier de la LEGION D'HONNEUR lui était décernée. Douze ans plus tard, en 1879, il était nommé DIRECTEUR DE LA COMPAGNIE et, en 1896, le titre de DIRECTEUR GENERAL lui était conféré.

   Il fut aussi Conseiller Municipal 42 ans, Maire 30 ans, et Conseiller Général pendant 18 années: Conseiller Municipal de LA GRAND'COMBE le 8 août 1855, il était nommé Maire le 18 avril 1868 et n'a pas cessé d'être depuis lors à la tête de la municipalité. Élu Conseiller d'Arrondissement le 4 octobre 1874, il était appelé au Conseil Général le 14 décembre 1879, par le choix des électeurs du canton qui n'ont pas cessé de lui conserver leur confiance.

   Dirigé par Monsieur BEAU, et conseillé par Jules CALLON, il a réalisé dans l'exploitation de nos mines de grands progrès. C'est sous son commandement que l'ancienne méthode par piliers et galeries a été remplacée par la taille chassante avec remblais complets, que le roulage circulaire déjà pratiqué pour les transports à la surface a été appliqué aux transports souterrains des remblais et du charbon et que la ventilation mécanique a, de très bonne heure, remplacé la ventilation naturelle et le foyer.

   Il est l'auteur d'un lavoir à charbon qui porte son nom: imaginé vers 1860 cet appareil a reçu, sous son inspiration, des perfectionnements successifs importants et il est encore employé dans nos ateliers avec avantage. Il a aussi, le premier en France, croyons-nous, fait l'application, en 1871, dans les ateliers de surface, des toiles de transport.

   GRAFFIN était donc un initiateur ingénieux et habile, il était surtout un chef intelligent et énergique, il avait à un haut degré le don du commandement. D'une très grande activité, il exerçait ses fonctions d'INGENIEUR PRINCIPAL ou de DIRECTEUR DE L'EXPLOITATION par une action de présence presque continuelle sur les travaux. D'un caractère très ferme et bienveillant, d'une humeur aimable, enjouée, toujours égale, il savait inspirer à ses subordonnés la confiance, l'affection et le respect. Il avait d'ailleurs pour sa GRAND'COMBE les sentiments d'un profond attachement; il aimait ce pays comme s'il y était né; il avait des regards complaisants pour ses cîmes rocheuses et ses pentes boisées. Pour son personnel, il avait les sentiments d'un père. Il en connaissait presque toutes les familles; il se réjouissait de leurs joies, il prenait part à leurs peines et savait leur témoigner l'intérêt bienveillant et discret que son excellent coeur lui inspirait.

   Il a participé à l'établissement des institutions de prévoyance patronale dont la Compagnie, bien avant les lois sociales actuelles, avait doté LA GRAND'COMBE pour protéger ses ouvriers et leurs familles contre les conséquences de la maladie, de l'accident et de la vieillesse, mais c'est à lui que la population doit la fondation sur des bases nouvelles de la Société de Prévoyance qui, depuis 1890, assure aux ouvriers de LA GRAND'COMBE, des retraites supérieures à celles que les mineurs des entreprises similaires peuvent espérer...

   
 Page précédente Page suivante